No More Tears d’Ozzy Osbourne

Listen To The Music

No More Tears d’Ozzy Osbourne

Un album du maître des ténèbres aujourd’hui (et non ce n’est pas Voldemort, mais le vrai Prince Of Darkness) !

Petit rappel pour commencer: Ozzy Osbourne est un chanteur anglais légendaire, qui officie au sein d’un des groupes pionniers du heavy metal : Black Sabbath !

La discographie du groupe vaut le détour et celle solo du chanteur également. Je vais présenter un album en particulier: No More Tears. Pourquoi celui ci me direz-vous? Tout simplement puisqu’il s’agit de mon préféré !

The Prince Of Darkness

L’album

Ce CD est paru en septembre 1991 et était le dernier avant qu’Ozzy prenne sa retraite (plus précisément sa première retraite…).

Niveau lineup, on retrouve Zakk Wylde à la guitare, Bob Daisley à la basse, Randy Castillo à la batterie et aux percussions ainsi que John Sinclair aux claviers. C’est le même ensemble que pour le précédent album du Madman, No Rest for the Wicked sorti en 1988.

La majorité des morceaux est composée par Ozzy, Zakk Wylde et Randy Castillo. Le célèbre Lemmy Kilmister (leader de Motörhead) a également participé à l’écriture de certains titres. 

Ozzy et Zakk Wylde en live

Les morceaux

Niveau contenu, c’est du très lourd. On sent la pâte de Zakk Wylde et ses riffs heavy avec harmoniques à souhait (mais pas trop comme il pourra le faire plus tard …) ainsi que ses solos vraiment très inspirés. La voix torturée et vicieuse d’Ozzy est au top et c’est comme ça qu’on l’aime. Les mélodies sont très entraînantes et les refrains restent en tête très rapidement.

On a donc des titres heavy metal de haute volée tels que Mr. Thinkertrain ou Desire, des hymnes tels que No More Tears ou Hellraiser (qui rappellera des souvenirs de GTA pour les plus geeks d’entre nous) où encore une magnifique ballade (Mama, I’m Coming Home).

Vous l’aurez compris, je suis assez conquis par cet album. On a un très bon équilibre entre la qualité d’écriture des compositions, le niveau technique de musiciens, le côté tubesque des morceaux et le mur de son en plein dans la face.

Un extrait ?

Je vous invite à aller écouter l’album en entier, vous ne serez pas déçus. Pour ceux qui auraient la flemme ou un doute, voici le titre heavy simple et efficace I Don’t Want to Change the World :

Un deuxième pour la route, le clip du très touchant Mama, I’m Coming Home:

Liens:

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *